Alison Van Uytvanck en 2e semaine à Wimbledon: « Mon niveau de jeu est très bon »

Alison Van Uytvanck (WTA 47) est en deuxième semaine du tournoi de Wimbledon! Elle a éliminé (6-2, 6-3) l’Estonienne Anett Kontaveit (WTA 27) en 1h15 et va affronter la Russe Daria Kasatkina (WTA 14/N.14), qui l’a battue à Eastbourne il y a dix jours.

« Ce n’est jamais évident de confirmer après une grande victoire comme celle contre Muguruza. C’était incroyable de l’avoir battue! Mais je suis très bien entrée dans la partie. Je retournais très bien et je parvenais à lui mettre beaucoup de pression. Elle s’est mise à mieux jouer dans le deuxième set, mais je me suis dit que je devais être à nouveau plus agressive, apporter plus de variété, car c’est ainsi que je lui posais des problèmes. Et c’est ce qui m’a permis de gagner ce match. Je suis très contente. Mon niveau de jeu est vraiment bon. Je jouais déjà très bien à l’entraînement, mais c’est toujours dur de transposer cela en match. Là, j’y suis parvenue. Cela fait plaisir. »

« Ca fait bizarre de retrouver Kasatkina aussi vite. C’est une bonne joueuse. Cela avait été un match serré à Eastbourne. J’avais eu des occasions, mais je n’avais pas très bien servi. C’est ce qui avait fait la différence. J’espère que je vais pouvoir améliorer ça. Je crois que nous nous réjouissons toutes les deux d’être ici en huitième de finale. »

Elise Mertens (WTA 15) s’est inclinée 6-2, 6-2 en 1h14 face à la Slovaque Dominika Cibulkova (WTA 33).
« Je n’ai pas réussi à produire le niveau de jeu que j’espérais. J’étais chaque fois en retard sur la balle. Je me suis levée avec une gêne au mollet gauche vendredi matin. C’est la raison pour laquelle je n’ai pas joué le double mixte en fin de journée. C’est une contracture, mais il fallait faire attention, car cela peut toujours devenir une déchirure. Je n’ai toutefois jamais songé à déclarer forfait. J’avais un bandage bien serré et je n’y ai pas pensé pendant le match. J’étais plus préoccupée par trouver des solutions pour essayer de la contrer. Mais je ne les ai pas trouvées. »

« C’est frustrant. Mais c’est le sport. Malheureusement, cela se produit au troisième tour à Wimbledon. J’ai pourtant essayé de réagir, d’être plus agressive, de venir plus au filet. Cela m’a rapporté quelques points, mais j’ai fait trop de fautes. 6-2, 6-2, c’est sévère, mais je ne dois pas baisser les bras. Il reste encore des tournois cette année, encore un Grand Chelem. Et je vais bien me préparer. Mes prochains tournois seront San Jose, Montréal et Cincinnati. »