US Open: Favoris et outsiders

US Open - © Shinya Suzuki (Flickr)

US Open – © Shinya Suzuki (Flickr)

Notre équipe éditoriale diagnostique pour vous les participants à suivre ou à éviter. Un grec va-t-il remporter sa première victoire ? Les Belges peuvent-ils créer la surprise ?

Les favoris chez les hommes

Novak Djokovic est entré dans l’histoire plus encore en remportant le Masters 1000 de Cincinnati. En effet, le joueur Serbe est le seul joueur à avoir remporté tous les Masters 1000 du circuit ATP. Les problèmes de Djokovic semblent être loin derrière lui. Il l’avait déjà prouvé en remportant son 4ème Wimbledon en juillet dernier. Un fameux changement puisqu’il n’avait plus remporté de Grand Chelem depuis 2016.

À 31 ans, nous pensons que Djokovic a toutes les cartes en mains pour pouvoir remporter son 14ème Grand Chelem de sa carrière!

L’Espagnol Rafael Nadal a souhaité faire l’impasse sur Cincinnati pour se préserver physiquement, avec cette décision, Nadal montre encore une fois qu’il peut faire les bons choix stratégiques. Le tenant du titre du dernier US Open a tout de même réalisé une excellente préparation sur dur en remportant le Masters de Toronto contre la Sensation Tsitsipas.

Rafael Nadal - © Christopher Levy (flickr)

Rafael Nadal – © Christopher Levy (flickr)

Cette année, Nadal a remporté 5 titres, dont pour la 11ème fois Roland Garros. Le dur est la deuxième surface favorite de “Rafa”, il possède un pourcentage de victoires de 79,1 % et de 90,67% pour la terre battue.

Le géant argentin, Juan Martin Del Potro, viendra à l’US Open avec de réel objectif. Demi-finaliste l’an dernier, le joueur Argentin voudra mieux faire. Del Potro n’a participé qu’au Masters 1000 de Cincinnati et a été éliminé en quart de finale par un David Goffin bien en jambes. Néanmoins, Del Potro avait dû déclarer forfait pour le Masters de Toronto à cause de son poignet.

L’Argentin n’avait plus remporté 2 tournois la même année depuis 2013 (Bâle, Tokyo, Washington et Rotterdam). Cette année, c’est 4 finales pour 2 titres (Indian Wells et Acapulco). Rappelons que le seul Grand Chelem gagné par Del Potro était l’US Open en 2009.

Les outsiders chez les hommes

“Beware a Greek bearing a backhand from the Gods.” (“Prenez garde à un Grec avec un revers de Dieu”) Voilà comment la légende du tennis, Jim Courrier, parle du jeune Grec de 20 ans, Stefanos Tsitsipas. Le jeune joueur qui en moins d’un an est passé de la 205ème place à la 15ème place au classement ATP. Tsitsipas est comme Denis Shapovalov, un joueur taillé pour jouer sur gazon. En effet, le joueur à remporter Wimbledon chez les jeunes. En ce moment, Tsitsipas est LA sensation du circuit ATP.

Stefanos Tsitsipas - © Christopher Levy (flickr)

Stefanos Tsitsipas – © Christopher Levy (flickr)

Venant de disputer la finale au Masters de Toronto cette année (défaite 6-2, 7-6), il est le seul à avoir battu Novak Djokovic depuis son sacre à Wimbledon. Néanmoins, Tsitsipas a encore du chemin à parcourir avant de pouvoir prétendre à un Grand Chelem. Mais avec sa forme du moment, tout porte à croire que le jeune joueur pourra réaliser une très belle quinzaine américaine. En 2018, Tsitsipas a disputé 63 matchs (40 victoires pour 23 défaites) ce qui lui fait un pourcentage de victoire de 57,5 %.

Par deux fois cette saison, Rafael Nadal a empêché Tsitsipas de remporter son premier titre ATP. Pour atteindre la finale de Barcelone et Toronto, le jeune joueur a dû écarter Thiem, Zverez, Djokovic et Anderson, 4 joueurs du top 10.

Cette ascension fulgurante ne passe pas inaperçue. Tsitsipas se trouve pour le moment à la 3ème place de l’ATP Next Gen Contender. Devant lui, on retrouve Alexander Zverev, la tête de série numéro deux à Roland Garros. Zverez à une grosse longueur d’avance sur le Contender 2, Denis Shapovalov. La différence entre Tsitsipas et Shapovalov est infime, le Grec a d’ailleurs gagné la dernière confrontation en avril à Monte Carlo.

2018 n’a pas été la meilleure année sur le plan sportif pour notre David Goffin national. Après un début de saison plus que décevant, David semble se ressaisir. Il a d’ailleurs retrouvé le top 10 cette semaine. Son top 10, il le doit à son beau parcours à Cincinnati. Le Belge a éliminé Anderson (ATP-5) et Del Potro (ATP-3). Néanmoins, Goffin a dû abandonner en demi-finale face à Roger Federer à cause d’une gêne à l’épaule. David a tenu à rassurer ses fans, il n’aura plus de soucis pour l’US Open.

Il a été aussi récompensé par Björn Borg. En effet, le sélectionneur de l’équipe Europe pour la Laver Cup a souhaité reprendre Goffin (l’équipe sera complétée par Djokovic, Federer, Zverez et Dimitrov). La compétition se déroulera du 21 au 23 septembre à Chicago.
Goffin a déjà participé à 6 reprises à l’US Open, son meilleur résultat est un huitième de finale perdu contre Rublev, en 2017.

Le joueur Croate Marin Cilic apprécie particulièrement l’US Open. Il a déjà remporté une fois le tournoi, participé à une finale, à une demi-finale et deux quarts de finales. Cilic semble prêt à démarrer la quinzaine américaine comme le prouve ses derniers résultats sur dur (une demi-finale à Cincinnati et un quart de finale à Toronto). Cette année, Cilic a joué une finale à l’Australian Open, perdue contre Roger Federer en 5 sets. A 29 ans, Cilic est en pleine possession de ses moyens et pourrait être une belle surprise pour soulever le trophée le 9 septembre prochain.

Les favoris chez les femmes

Serena Williams sera tête de série n°17 pour cette édition 2018 de l’US Open malgré sa 26ème place au classement mondial. Serena Williams est l’athlète la plus titrée au niveau du tennis féminin. Malgré cela, la joueuse n’a pas remporté le moindre titre depuis son retour à la compétition en mars dernier.

Serena Williams - © Jimmie48 Tennis Photography

Serena Williams – © Jimmie48 Tennis Photography

Serena a sans doute vécu sa pire préparation sur dur depuis qu’elle est professionnelle. Balayée au 1er tour par Konta à San Jose (6-1,6-0), la joueuse aux 23 titres de Grand Chelem remportés aura subi sa plus lourde défaite ce jour là. A Cincinnati, ce ne fut pas mieux, l’Américaine a été éliminée au second tour par Kvitova en 3 sets. Mais on le sait, Serena est une guerrière, et il faudra, une fois de plus, compter sur elle pour cet US Open!

La gagnante de l’US Open 2017, Sloane Stephens, vient défendre son titre avec le couteau entre les dents. Malgré ses deux finales perdues face à Simona Halep (Wimbledon et Montréal), Stephens est en forme cette saison. L’Américaine a quand même remporté le titre à Miami qui se déroule sur dur aussi.

Les outsiders chez les femmes

Notre numéro 1 Belge, Elise Mertens, a réalisé une excellente préparation sur dur. Une demi-finale à San José, un quart de finale à Montréal et un quart de finale à Cincinnati. Elle s’est même offert le sacre de la numéro 3 mondial, Sloane Stephens. Actuellement, Mertens pointe à la 15ème place du classement WTA, même place niveau tête de série pour l’US Open. Le dure est la surface favorite de Mertens, avec un pourcentage de victoires de 71,22 %. Pourra-t-elle aller titiller les têtes de série numéro 1? En tout cas, nous, on y croit!

Gagnante de Cincinnati 2018, Kiki Bertens aura un rôle à jouer dans cet US Open. Néanmoins, le tournoi américain ne réussit pas tellement à la Néerlandaise, elle n’a jamais réussi à passer le deuxième tour du tournoi. Il y a deux ans, Bertens n’avait que 24 ans, l’âge où elle a atteint le sommet de sa carrière avec une demi-finale à Roland Garros. En 2016, elle a pu limiter les dégâts, mais l’année dernière fût très difficile. Bertens a souvent été mise sous pression. Cette année encore, la Néerlandaise n’a pas assumé son statut d’outsider.

Kiki Bertens - © Jimmie48 Tennis Photography

Kiki Bertens – © Jimmie48 Tennis Photography

Avec sa victoire à Cincinnati et un quart de finale à Wimbledon, il semble que Kiki joue décomplexée cette saison. “J’ai commencé le yoga et à faire des exercices de respiration. J’essaie aussi de plus relativiser. Grâce à ces exercices, je suis devenue plus souple, ce qui m’aide pour aller chercher des balles plus compliquées ».

Son secret, elle le doit à un apprentissage espagnol, où elle jouait sur terre battue tant l’hiver que l’été, que ce soit à l’extérieur ou intérieur. C’est là qu’elle a acquis son tennis masculin. Bertens joue un tennis avec énormément d’effet, ce qui fait que la balle monte au dessus de l’épaule de ses adversaires.

Les statistiques de la néerlandaise sur dur ne sont pas encourageantes. Depuis 2016, Kiki Bertens a gagné 78 % de ses matchs sur terre battue pour seulement 36 % de ses matchs sur dur. Par contre, si nous prenons ses statistiques lors de la saison en cours, nous pouvons voir qu’elle a évolué: elle atteint un pourcentage de victoire de 65 %. Cette année, elle a même remporté son premier titre à Cincinnati en battant la numéro 1 mondial, Simona Halep. Un déclic pour la Néerlandaise?

La Tchèque Petra Kvitova rencontrera notre Belge Yanina Wickmayer au premier tour de l’US Open. Petra, l’ancienne numéro 2 du monde semble dominer Wickie, si ce n’est du fait que Kvitova, suite à une blessure à l’épaule, aura dû arrêter ses quarts de finale lors du tournoi préparatoire de New Haven. Après avoir perdu la première manche à 6-3 contre l’Espagnole Carla Suarez-Navarro, elle passa la main. « Lors du match précédent contre Zarina Diyas, je me sentais déjà un peu surchargée et j’espérais que ça passerait avec un peu de repos. Pendant l’échauffement d’aujourd’hui, je sentais déjà que la douleur s’aggravait”. Pour l’instant, il reste compliqué de pouvoir appréhender si la Tchèque entrera dans son premier tour lors du match contre Wickmayer. Mais si c’est le cas, nous attendons beaucoup de Kvitova.

La nouvelle numéro 5 du classement WTA vient juste après Simona Halep qui, elle, aura comptabilisé le plus de victoires durant cette saison (46-9). Cependant, elle est en tête en ce qui concerne le nombre de victoires en 3 sets. Aussi après la perte d’un set, Kvitova fait preuve d’une endurance physique de fer ainsi que d’une forte résilience mentale. Kvitova est au top de sa saison avec déjà 5 titres au compteur : à Saint-Saint-Pétersbourg et Doha, elle a gagné sur la surface dure plus lente, à Madrid, elle a inscrit le prestigieux Tournoi sur terre battue à son palmarès et à Birmingham, elle a également remporté un titre sur herbe.

À l’US Open, elle n’a jamais pu dépasser les quarts de finale. Ses meilleurs résultats au début de l’année suggèrent que cette fois-ci, c’est peut-être le bon moment pour décrocher le titre. Cependant, au cours des dernières semaines, elle a été éliminée à deux reprises par sa co-outsider Kiki Bertens lors des tournois de Cincinnati et de Toronto.

Et vous? Que pensez-vous? Cliquez ici!